Comment faire un test d’ADN pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, il est possible de réaliser un test d’ADN entre le fœtus et le père présumé. Cette méthode est fiable et ne représente aucun risque pour l’enfant contrairement à d’autres techniques. Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de ce test. Regardons de près tout cela pour en savoir davantage sur le sujet.

Les raisons qui peuvent pousser à faire le test d’ADN pendant la grossesse

En ce qui concerne le test d’ADN prénatal, il n’existe aucune disposition particulière de la loi en France. En effet, il est disponible aux Etats-Unis depuis seulement quelques années (3 ans), raison pour laquelle la législation française n’en parle pas encore. Les résultats sont tous aussi fiables que ceux d’un test d’ADN réalisé à la naissance de l’enfant. L’objectif et de comparer l’ADN de l’enfant en stade fœtus avec l’ADN du présumé père. Contrairement à d’autres tests d’ADN réalisés sur le fœtus, ce test prénatal a pour but de soulever les doutes sur la paternité. Pourtant, si vous décidez de réaliser le test d’ADN prénatal en dehors du territoire français, la valeur juridique des résultats sera remise en question. En effet, pour qu’un test ADN soit légal, il faudra passer par le tribunal et obtenir l’autorisation du juge. De place, sachez que les deux actions suivantes ne peuvent être recevables qu’à partir du moment où l’enfant vienne au monde :
• L’action pour rechercher la paternité
• La contestation de paternité
Il faudra encore attendre pour que le test prénatal soit légal en France. Entre temps, vous pouvez quand même faire le test à l’étranger mais en vous rappelant toujours de la valeur juridique des résultats.

La réalisation du test d’ADN pendant la grossesse

La réalisation du test d’ADN est la méthode la plus fiable pour établir le lien de paternité entre un enfant et le présumé père. En effet, ce test promet des résultats fiables à 99.99%. Il est possible de réaliser d’autres examens mais la fiabilité est remise en question. C’est le cas par exemple de l’analyse des groupes sanguins où les conclusions peuvent être erronées. Les laboratoires ont aujourd’hui toutes les connaissances utiles et les équipements suffisants pour obtenir des résultats fiables. Les précisions sont vraiment incroyables en matière de test prénatal. A noter que ce type de test ne demande par l’Amniocentèse ou bien le prélèvement de villosités choriales pour que les résultats soient fiables. Il n’y a donc pas de risque pour l’enfant à naître. Pour faire le test ADN prénatal, il suffit d’une simple prise de sang de la mère. Il s’agit d’une méthode considérée comme invasive mais dont les résultats sont sûrs. A noter que l’ADN de l’enfant circule dans le sang de la mère, et ce, dès la 12e semaine d’aménorrhée. De ce fait, il faudra attendre le quatrième mois de grossesse pour réaliser le test d’ADN prénatal. Pour information, la pratique de cet examen requiert le consentement de la femme enceinte. Elle peut donc refuser de passer le test si elle le souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *